Travestissement !

Cette petite rubrique va nous permettre d'éclaircir certains mots, expressions ou usages dont on ignore souvent l'origine.
Aujourd'hui nous allons nous intéresser à nos dames, en abordant leur histoire avec le pantalon ...
« Travestissement ! » : Mesdames, le saviez-vous ? Jusqu’au 21 janvier de cette année 2013, vous n’aviez officiellement pas le droit de porter le pantalon sans contrevenir à la loi !
Le ministère des droits des femmes vient en effet d’abroger « de façon implicite » l’ « ordonnance concernant le travestissement des femmes » qui pouvait faire encourir l’emprisonnement aux Parisiennes.
C’est sous le Consulat (le Premier Consul s’appelant Bonaparte), le 26 Brumaire An IX (17 novembre 1800), exactement, que l’on impose aux femmes, désirant s’habiller en homme, de se présenter à la Préfecture de police pour y être autorisées, et ceci au vu d’un certificat médical.
En effet, la loi du 26 Brumaire an IX de la République annonce : « toute femme désirant s'habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l'autorisation... ». « ... Cette autorisation ne peut être donnée qu'au vu d'un certificat d'un officier de santé ... ».
Deux circulaires de 1892 et en 1909, tolèrent deux exceptions au port du pantalon : « si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval ». On ne dit pas ce que la femme doit faire si elle monte sur la bicyclette ou sur le cheval !
Bravo à nos élus ! Ils auront tout de même réussi à attendre 213 ans pour abroger une ordonnance stupide. Et pour le port du kilt, pour les hommes en France, il n’y avait rien de prévu ?

Certaines avaient peut-être trouvé la solution pour passer inaperçues : comme Clémentine Delait (1865 – 1939) la femme à barbe de Thaon-les-Vosges (photo ci-contre).
Pour Mathilde Dubesset, historienne, le caractère masculin du pantalon est alors profondément ancré : « Des Gaulois aux culottes des nobles, en passant par le pantalon des aristocrates, le pantalon est le vêtement masculin.
Au XIXème, avec le mouvement hygiéniste, on créé des bermudas et des culottes pour dames. Auparavant, les femmes ne portaient rien en dessous de leurs robes.
»
Quelques pionnières se lancent et les exhibent, seules. Mais même l’écrivaine George Sand, résolument avant-gardiste, doit se soumettre à la demande d’autorisation.
Quelques femmes célèbres ont Porté avec fierté et ostentation le pantalon : George Sand (1804-1876), Rosa Bonheur (1822-1899), Colette (1873-1954), Hélène Brion (1882-1962), Marlène Dietrich (1901-1992), Marylin Monroe (1926-1962), Greta Garbo (1905-1982), Katharine Hepburn (1907-2003) et Grace Kelly (1929-1982)...


George Sand

Rosa Bonheur

colette

Marlène Dietrich

Marylin Monroe

Greta Garbo

Katharine Hepburn

Grace Kelly
Histoire du pantalon :

Avant de devenir un élément indispensable de la garde robe des femmes, le pantalon a eu une histoire tourmentée. Récemment encore, les collèges de jeunes filles interdisaient le port du pantalon… Retour sur l’histoire d’une longue conquête.
On constate que son apparition et son évolution correspond à la domestication du cheval. Depuis l’antiquité, le port du pantalon était déjà d'usage pour les peuples guerriers. Les Celtes et les Romains adoptèrent cette tenue appelée communément « braies ».
Mais le pantalon fut introduit sous sa forme actuelle et dans toute l'Europe occidentale par des comédiens vénitiens au XVIème siècle ; son appellation vient en effet de « Pantaleone », nom d'un personnage de la Comédie italienne, vieillard au nez crochu, qui portait un habit tout d'une pièce depuis la tête jusqu'aux pieds.
Le pantalon est à l'origine un vêtement pour homme, sorte de culotte couvrant le corps de la taille jusqu'aux pieds, à jambes séparées et généralement fermé par une braguette.
La fermeture d'un pantalon peut aussi être un pont Il s'appelle alors « pantalon à pont » qui est le pantalon de la Marine.
C'est en Perse que l'on rencontre les premiers pantalons féminins. Mais en Europe, jusqu'au XVIIIème siècle, les femmes tentent de l'adopter, mais sans succès.
La France adopta le pantalon à l'époque de la Révolution. Mais les filles du peuple, ouvrières ou paysannes, n'en porteront toutefois pas pendant longtemps, suivant l'assertion populaire selon laquelle : « une fille qui porte des pantalons est une fille qui se conduit mal », car « une femme honnête a les genoux sales ».
Rapidement, le décret napoléonien interdit de porter un habit du sexe opposé.
Il faudra attendre 1830 pour qu'il soit véritablement accepté et d'usage courant comme vêtement de ville. Mais c'est après mai 68 que le pantalon est devenu le symbole de l'émancipation féminine et du confort. Le pantalon féminin ressemble désormais au pantalon masculin. Mais il est toujours interdit par le décret !!


Permission
de travestissement

gravure sur bois populaire
du tout début du 19ème siècle