Le Domaine départemental de Chamarande :

À 29 km de Pussay, le Domaine départemental de Chamarande est un site patrimonial paysager et culturel unique en son genre.
Au XXème siècle, successivement foyer du mouvement scout en France, coopérative ouvrière, et groupement d’associations dans les années 1970, il a constitué un lieu d’expérimentation et d’utopies en dialogue constant avec la société.
Dès 2001, le Conseil général de l’Essonne a voulu faire de ce site emblématique, propriété du Département depuis 1978 mais fermé au grand public, un équipement culturel phare de l’Essonne, chargé de « renouer avec la création artistique contemporaine à partir de son cadre naturel ».
Le plus important jardin public de l’Essonne (98 hectares) réunit ainsi aujourd’hui, dans un espace patrimonial et paysager labellisé « jardin remarquable », un centre artistique et culturel, les Archives départementales et un centre d’hébergement pour les scolaires, le centre Auguste Mione.
La gratuité du site, sa facilité d’accès avec une gare RER à 200 mètres, ses paysages variés, son ouverture 365 jours par an et sa programmation éclectique, exigeante et accessible à tous, tendent à en faire un véritable espace de démocratisation culturelle.
Le château est situé à Chamarande, dans l'ancienne province de Hurepoix, aujourd'hui département de l'Essonne et de la région Île-de-France, à trente-neuf kilomètres au sud-ouest de Paris.
Construit au XVIème siècle, il a beaucoup souffert durant la Fronde et il est en mauvais état lorsqu'il est vendu en 1654 à Pierre Mérault, ancien fermier des gabelles, anobli par l'acquisition d'une charge d'écuyer et secrétaire du roi Louis XIV.
C'est Mérault qui fait alors construire le château actuel dans le plus pur style Louis XIII. Il est attribué à Nicolas de L'Espine architecte du Roi. Le quadrilatère entouré de douves comprend alors le logis, flanqué latéralement par les communs. L'entrée de la cour d'honneur est cantonnée de deux pavillons, celui de gauche abritant la chapelle dont la décoration en stuc est due au sculpteur Louis Lerambert (1620-1670). Le domaine est alors « orné de canaux, bassins et fontaines » dans le goût des jardins à la française.
Aller sur le site du Domaine de chamarande...