Un doublé : Médaille d'argent et de bronze pour un enfant du pays

Nous avons interviewé Fabien LAMIRAULT qui a gagné en cette année 2012 la médaille d'argent par équipe et de bronze en individuel pour le tennis de table aux Jeux paralympiques de Londres.

BM – Bonjour Fabien. Je crois que votre famille et vous-même, vous êtes de Pussay ?
FL – Ce sont mes deux familles qui sont effectivement de Pussay, la famille LAMIRAULT du côté de mon père et la famille LEPINOIS du côté de ma mère.
J'ai vécu très peu de temps à Pussay (6 mois environ), j'ai grandi pas très loin, à Étampes, mais je venais régulièrement à Pussay, soit chez mes grands-parents, soit chez mon parrain de la famille JAMES, soit en week-end, soit en vacances.
Après le divorce de mes parents et le décès de mon père lorsque j'avais 9 ans, mon seul contact était ma grand-mère LAMIRAULT de Pussay, décédée il y a peu…
BM – Si ce n'est pas indiscret, pouvez-vous nous dire comment vous êtes devenu handicapé ?
FL – J'ai eu un accident de voiture à 17 ans qui m'a laissé tétraplégique, ce qui ne m'a pas trop empêché de faire des études : j'ai eu mon Bac ES, mais au niveau étude comme pour le futur boulot, rien ne m'attirait ; ce n'était pas grave, car j'avais commencé le ping-pong et je savais ce que je voulais…
BM – Vous pratiquiez le sport ?
FL – Le foot d'abord comme beaucoup, puis le hand et enfin la boxe française ; j'ai toujours aimé le sport et ses valeurs. Quand je me suis retrouvé en fauteuil, il était évident que pour moi le sport ferait toujours partie de ma vie, sans savoir comment. J'ai essayé le tennis de table dans un centre de rééducation, en 1999 à Cerbère (66) et je me suis engagé avec le Cercle Sportif de l'Institution Nationale des Invalides (CSINI).
BM – Et ensuite, votre progression ?
FL – Un parcours, somme toute, assez classique : compétitions régionales puis nationales, tout ceci en une dizaine d'années, puis intégration au cercle sportif de Haut Niveau. Champion de France en 2011, 4ème des Championnats d'Europe 2011 à Split, vainqueur des tournois en Hongrie, Roumanie, Allemagne, second au Royaume Uni et troisième en Chine, le tout dans la même année 2011.
BM – Alors ? Après, c'est Londres 2012 ?
FL – J'ai décroché mon billet pour les Jeux Paralympiques de Londres 2012 avec à la clef une belle médaille de bronze en simple et une d'argent par équipe. Ma préparation était très bonne, grâce au stage avec l'équipe de France et celui avec mon coach Fabrice Kosiak à Issy-les-Moulineaux, puis le soutien de ma famille (femme et 3 enfants), de ma soeur, de ma mère et de deux potes.
BM – L'émotion et la joie, ensuite ?
FL – La fin, on la connaît ; après un combat de près d'une heure, je gagne 3-2, la gorge se serre de plus en plus et les yeux deviennent tout rouges, je regarde mon clan et je vois des larmes de joie, juste le fait d'y repenser l'émotion renaît… C'est ça les jeux !!! Puis vient le podium, sensation de fierté énorme ; certes, ce n'était pas la Marseillaise ni le drapeau français qui était tout en haut, mais il était là pour moi, pour me récompenser de mon parcours, pour ma famille et mes potes, pour les récompenser eux aussi de leurs encouragements… encore un moment de partage qui nous emmène au plus haut, la sensation de faire partie d'une équipe, de vivre l'évènement ensemble : la médaille, c'est aussi leur récompense, pour eux qui ont même fait le déplacement.
BM – Et maintenant, l'avenir est tout tracé ?
FL – On a commencé par le Bronze puis l'Argent ; maintenant on va tout faire pour prendre l'Or aux Jeux Paralympiques de Rio 2016.
BM – Un excellent projet…Encore bravo et merci pour nos lecteurs !