Un curieux… de nature !

Nous avions rencontré, il y a un an, Jean BATAILLE, né dans le Nord de la France en 1940 et Pussayens depuis au moins 1988.
Nous lui avons d'abord demandé ce qu'il avait fait dans sa vie, pour mieux comprendre sa décision de devenir aujourd'hui le 1er apiculteur de notre village.

JB – J'ai commencé ma carrière en tant que mouleur fondeur à Roubaix ; ensuite, en 1960, j'ai fait mon service militaire et en 1962, je suis venu travailler chez Renault, à Boulogne-Billancourt. J'ai suivi une formation pour devenir dessinateur industriel pour le montage des prototypes et puis, j'ai terminé ma carrière dans l'informatique à LARDY.
BM – C'est ce qu'on appelle un parcours atypique, de fondeur à informaticien !
JB – Oui, j'aime bien apprendre… j'aime connaître ce que je ne connais pas encore !
BM – Vous êtes un curieux, en réalité !
JB – C'est cela.
BM – Alors, comment vous est venu cette idée folle de devenir apiculteur ?
JB – J'habitais Alfortville, mais j'avais une maison à Pussay : j'y venais régulièrement… c'est d'ailleurs pour ça que je connais tout le monde ici. J'ai acquis un terrain vendu par les domaines (faute de trouver un descendant probablement), sur lequel je faisais un peu de culture. Mais, régulièrement, on me volait mes légumes…il ne restait rien de mes pommes de terre… !
BM – Alors, vous avez renoncé.
JB – Ma femme m'a donné une idée : renoncer aux légumes et mettre ma parcelle en jachère fleurie, et tout naturellement, j'ai pensé aux abeilles…
BM – Bien sûr !
JB – Je me suis adressé au Syndicat des Apiculteurs du Val d'Essonne qui se trouve au château de Gillevoisin, où se trouve une vingtaine de ruches, et je m'y rends, un matin par semaine, depuis un an, depuis que nous nous sommes vus. Depuis le 3 Mars de cette année, je suis des cours « officiels », tous les 15 jours le samedi.
BM – Où en êtes-vous, maintenant ?
JB – J'ai semé ma jachère fleurie sur 200 m2, j'attends que ça pousse ; je vais clôturer mon terrain et je vais installer tout mon matériel.
BM – Et les ruches ?
JB – J'aurai 2 ruches et une ruchette. Pour cette année, je commence par la première ruche, dès ce mois-ci.
BM – Combien d'abeilles ?
JB – On compte sur 50 000 à 60 000 abeilles par ruche en été et 20 000 en hiver!
BM – Tout de même ! Et le miel ? Parce que vous allez vendre du miel !
JB – Bien sûr, mais pas dans l'immédiat ; il faudra attendre, parce qu'une ruche ne produit, quand tout va bien, que 10 à 25 kg. de miel par an. Mais ce sera « Le miel du territoire de Pussay » !
BM – Et vos voisins agriculteurs ?
JB – Je compte sur eux et j'espère que les pesticides ne tueront pas mes abeilles. Je compte aussi sur les fleurs des jardins de nos amis Pussayens et je pense pouvoir réaliser des visites avec les enfants des écoles.
BM – A bientôt sur place et merci pour votre « curiosité ». Bonne chance.
Le premier miel de Pussay
Nous voici en juin 2013 et notre apiculteur Jean BATAILLE nous présente les premiers pots de miel de sa récolte. Il s’appelle « Miel de la Sansonnerie » puisqu’il est recueilli sur un terrain qui porte ce nom au cadastre.
Jean a maintenant 8 ruches et il a réussi à produire 18 kg de miel et comme il le dit lui-même, « sachant que les abeilles ne butinent pas au-delà d’un rayon de 3 km, ce qui fait un cercle de 6 km de diamètre, ceci prouve que mon miel est bien de Pussay… »