Docteur Bertrand d'Humières, Médecin généraliste à PUSSAY
Nous avons rencontré le Docteur Bertrand d'Humières, médecin généraliste à PUSSAY.

Bulletin Municipal : «Bonjour Docteur. Pouvez-vous nous dire comment se porte la médecine généraliste que vous représentez à Pussay ?»

Docteur Bertrand d'Humières : «La Médecine Générale risque d’être une spécialité en voie de disparition puisqu’elle n’est reconnue dans son intégralité que par les patients eux-mêmes, comme le prouvent le pourcentage de satisfaction exprimé dans les sondages : 95 %.
Les pouvoirs publics en ont délibérément occulté l’importance et la spécificité en décidant de ne pas lui octroyer les moyens de sa pérennité : numerus clausus, rémunération, charges administratives, exercices en groupe.»
BM : «Cette situation concerne aussi notre région ?»
Dr d'H : «Les objectifs démographiques fixés par le Schéma Directeur du Canton de MÉRÉVILLE laissent supposer environ 17 000 habitants. Nous sommes depuis cette année 10 médecins !!! 13 en élargissant sur CHALO-SAINT-MARS et SERMAISE du Loiret, dont les 2/3 arrêteront dans moins de 10 ans.
Le Canton va devenir un « désert médical » !»

BM : «Que préconisez-vous ?»
Dr d'H : «Il est donc urgent de bouger pour éviter un problème sanitaire et faire venir de futurs jeunes confrères en milieu rural.
Cela passe nécessairement par une amélioration de leur condition de travail :
  • allègement du temps de travail
  • facilité d’installation
Bien sûr, tout cela prend du temps à mettre en place et il est urgent d’essayer de faciliter cette période de transition en organisant « la pénurie » qui ne peut que s’aggraver :
  • maisons médicales de garde
  • allègement des charges par la reconnaissance de notre Canton comme zone sous médicalisée
  • interaction des services médicaux hospitaliers de proximité
  • amélioration des charges administratives de plus en plus contraignantes et nombreuses.»
BM : «Il semble en effet qu’il soit temps de se réveiller ?»
Dr d'H : «Si la Médecine Générale, spécialité de proximité par excellence, pivot du système de santé, veut continuer d’exister, il faut accepter de la transformer à la fois de la part de nous tous, en acceptant une notion de médecin traitant élargie, à la fois dans le cadre de son exercice, ce qui est de la responsabilité des pouvoirs publics.
Battons nous tous ensemble pour que les pistes se transforment en expérience d’un système de permanence de soins efficace et pérenne pour notre canton. Vive la Médecine Générale même si elle doit évoluer :
  • Confort de travail avec allègement des tâches administratives
  • Collaboration indispensable avec les autres professionnels de santé : spécialistes, para médicaux, travailleurs médicosociaux
  • Allègement des charges»
BM : «Concrètement, quelle solution peut-on envisager ?»
Dr d'H : «Cette solution pourrait être celle de la constitution d’une Maison Médicale Universitaire qui aurait pour mission, dans les locaux mis à disposition et aménagés par les Mairies concernées, d’accueillir plusieurs praticiens de Médecine Générale leur permettant :
  • d’avoir des charges de soins moins lourdes en temps
  • d’accueillir et former de futurs internes de Médecine Générale qui seraient ainsi tentés de rester dans un milieu connu, organisé, donc rassurant
  • de se consacrer à des activités de prévention et d’éducation avec :leurs collègues médicosociaux et paramédicaux : médecins spécialistes, paramédicaux, travailleurs sociaux.
Battons-nous ensemble pour garder une Médecine Générale de qualité et de proximité.

BM : «Nous souhaitons que cet appel soit entendu. Merci Docteur.»
(propos recueillis par l'Echo de PUSSAY)