La plus vieille voie de PUSSAY

L'énigme : Savez-vous où se trouve la plus ancienne voie de notre Commune ?
Tout ce que nous pouvons dire, c’est qu’elle mène d’une ville proche à une ville assez éloignée…
Pour répondre à notre dernière énigme, la rue la plus ancienne de PUSSAY est certainement la rue de la Brèche (voir) , celle, justement, où se trouvent situées l’Ecole et le Gymnase de notre village.
La voie antique ou gallo-romaine qui fut sans doute d’abord un chemin pour se rendre à pied ou à cheval d’ÉTAMPES à BLOIS, existe encore sous le nom de « Chemin de BLOIS ».
C’est tout d’abord une petite route qui quitte ÉTAMPES par la « Vallée du Bois Renaud », puis, longeant la ligne de chemin de fer, passe à la « Croix de LHUMERY », non loin du village du même nom et là elle devient chemin.
Ce chemin passe ensuite sur le « Fond de CHICHENY », traverse les « Terres à pois », arrive à son point culminant de 147 mètres au « Haut Poirier », longe le « Mont de PUSSAY », et, toujours en quasi ligne droite jusqu’aux « Grandes Haies » pour entrer dans PUSSAY, sous le nom de rue de la Brèche.
L’antique chemin continue sa route et entre par une probable ouverture du mur d’enceinte (c’est ce qu’on appelle communément une « brèche ») jusqu’à une actuelle Place du Souvenir qui était jadis une immense mare, prend la direction d’ANGERVILLE jusqu’à un carrefour situé plus au sud, aujourd’hui en plein champ, puis bifurque soudainement vers le sud-ouest.
Il traversait ensuite la Route de DOURDAN et continuait jusqu’à ORLU, où l’on retrouve son nom de « Chemin d’ÉTAMPES ».

Il poursuit tout droit son tracé pour aller se jeter contre l’autoroute A 10… De l’autre côté de ce moderne obstacle, on en trouve des traces à LÉTHUIN.
Ensuite : ALLAINES, SAINT-PÉRAVY-LA-COLOMBE (où on le nomme « chemin des Bœufs ») puis BACCON, CRAVANT, SÉRIS et, enfin BLOIS.
Le tracé de la voie antique « le chemin d’Étampes à Blois »

La voie gallo-romaine qui fut sans doute d’abord un chemin pour se rendre à pied ou à cheval de Paris à Blois en passant par Étampes et par Pussay, existe encore, de place en place, sous le nom de « Chemin d’Étampes à Blois » ou de « Chemin de Blois » ou encore de « Chemin d’Étampes » et même de « Chemin de Paris ».
Nous en avons retrouvé la trace sur les cartes, tout du long.
(1) Sur le site de St. Péravy-la-Colombe on trouve le texte suivant :
« A St. Péravy se croisaient le chemin de Châteaudun à Orléans et celui de Blois à Paris. Le chemin de Blois, appelé chemin des Boeufs, autrefois fort large et très fréquenté, permettait d’amener le bétail vivant à Paris en évitant Orléans et en épargnant 6 lieues (environ 40 kms). Il joue un rôle important pendant la Guerre de Cent ans. Il passait au sud de Lignerolles, est encore visible à certains endroits et sert de limites entre Rouvray et Coinces et entre Sougy et Rouvray. »