Qui était Etienne LAURENT ?

Etienne LAURENT, en réalité Etienne Eugène Louis LAURENT est né à Pussay le 18 Septembre 1917.
Il est le fils d'Antoine LAURENT (35 ans), ouvrier bonnetier né à Grandville - Gaudreville (Eure et Loir), le 24 Août 1882, mobilisé en tant que mitrailleur au 102ème Régiment d'Infanterie de Ligne (Chartres) et de Marie Hélène LEROUX (19 ans), ouvrière en laine, née à Monnerville le 20 Août 1888, tous deux domiciliés à Pussay.
Les parents de Marie demeurent aussi à Pussay.
La naissance d'Etienne est déclarée par le père, en présence de Louise Henriette LAURENT épouse FANON, ouvrière en laine et de Alexandre Eugène Octave NIARD, ouvrier en bonneterie, domiciliés à Pussay.
Etienne LAURENT se marie le 25 Novembre 1939 avec Julienne Jeanne HUMBRECHT, domestique, née à Paris le 5 Novembre 1918.
Actes d'Etat civil d'Etienne LAURENT
Dans le civil, Etienne LAURENT est boucher et il habite chez ses parents au 8 route de Gommerville à Pussay.
Lors de son mariage, il est sous les drapeaux, mobilisé au 153ème Régiment d'Infanterie de forteresse, il prend une permission autorisé par son Lieutenant-colonel.
Le mariage se fait en Mairie de Pussay, en présence de Gaston NIARD, ouvrier en chaussures et de Théodorine FOCHET, ouvrière en chaussures et épouse de Robert LAURENT.
Ce dernier est le frère d'Etienne.

Voici un témoignage, celui de Philippe RIETZLER, qui avait 7 ans en 1940 :
« Le 153ème régiment faisait partie de la division Chastenet. On comptait déjà 40 morts dans les durs combats à Tanconville, près de Blamont. Puis la division, très affaiblie, tenta de se maintenir sur une ligne Raon-L'étape, Pierre-Percée, Col de la Chapelotte, Massif du Donon, le 153ème tenant l'aile gauche du dispositif autour de Celles sur Plaine. La partie était trop inégale… ces combats sans espoir des 21 et 22 juin 1940, sévères au Col de la Chapelotte, puis à Celles sur Plaine et dans la forêt d'Abreschwiller, firent encore 50 tués parmi nos soldats, dont plusieurs officiers et sous-officiers, des hommes dont il convient de saluer le courage et l'esprit de sacrifice… »


Insignes régimentaires du 153ème Régiment d'Infanterie de Forteresse

Parents d'Etienne LAURENT
Antoine LAURENT et Marie née LEROUX de Monnerville (gauche) et Louise FANON née LAURENT (droite) – vers 1906
Louis Sevestre (l'un des Maires de Pussay (1938 – 1945)) précise dans un courrier à la préfecture :
« Etienne Laurent est un enfant de Pussay qui a été tué en juin 1940 à la Celle-sur-Plaine, petit village des Vosges alors qu'il était en position avec sa compagnie, après s'être défendu jusqu'au bout et avoir causé des pertes sévères aux Allemands ; ceux-ci, furieux, le fusillèrent après l'avoir fait prisonnier. Ces faits ont été confirmés d'une façon indiscutable par le secrétaire de mairie de la Celle-sur-Plaine ainsi que par un camarade de Laurent Etienne. »
(Pussay 100 ans d'histoire – Anne-Marie Firon)
Lors de la journée du Patrimoine 2012, la Municipalité de Pussay a apposé une plaque explicative pour Etienne LAURENT, héro de la Deuxième Guerre mondiale. Deux autres plaques semblables ont été inaugurées en l'honneur de Charles MICHELS (voir) et d'André BROSSIN (voir).