Le Bourrelier-Sellier à PUSSAY ?

Après avoir fait connaissance des métiers de Charron et de Maréchal-ferrant, présents à PUSSAY autrefois, nous allons découvrir aujourd'hui celui du Bourrelier-Sellier.
Le bourrelier-sellier travaille la bourre et le cuir : c’est de la peau tannée de bœuf, veau, chèvre, âne ou mouton.
Il était présent dans tous les villages et travaillait aussi bien le cuir, la laine et les grosses toiles. Il fabriquait et réparait tout le matériel comme les licols (ou licous), les harnais, les capotes, les bâches, les tabliers et les besaces des éleveurs et utilisateurs de bovins et d'équidés qui étaient les moyens de locomotion et de travail de la terre. Il pouvait aussi fabriquer des matelas et autres accessoires.
Dans certaines régions, le bourrelier était aussi appelé harnacheur (harnachement du cheval). On trouve également les dénominations de bourlier, gourlier, gouyer ou gourilier.
Nous avons connaissance de quatre bourreliers-selliers à PUSSAY : au XIXème siècle Mrs Monnereau et Sergent, et au XXème siècle Mrs A. Judeau et H. Léotard.


Interessons nous à Monsieur JUDEAU, arrivé à PUSSAY en 1926, il s'installe Place du Marché, au coin de la rue Étienne Laurent et de la rue Neuve (devenue rue des F.F.I.), à l'emplacement de l'actuelle pharmacie, face à la place du Carouge qui accueillait déjà le marché à cette époque.
En 1932, le bourrelier déménage avec sa famille et s'installe rue Étienne Laurent, au coin de la rue de la Poste, non loin de la pompe à eau. Juste à côté ont peut voir (photo de gauche) la boutique de la marchande de chaussures. Un peu plus loin, sur le trottoir d'en face, se trouve aussi le garage et sa pompe à essence.