Le Blason de PUSSAY

L'énigme : Sur le blason de la Commune de PUSSAY, figurent des coquilles. En connaissez-vous la raison ?

Pour vous mettre sur la voie, nous reproduisons ci-contre l’image d’un collier historique…
Alors ? Avez-vous trouvé pourquoi il y a des coquilles sur le blason de la Commune de PUSSAY ?

En réalité il y a deux, voire trois réponses ; l’une simple, les deux autres un peu plus compliquées, on peut cependant affirmer sans crainte que ce blason est issu des armoiries de la famille de Languedoue (voir) :
Louis XI
"l'universelle araignée"
Roi de France de
1461 à 1483
Charles VIII
"l'Affable"
Roi de France de
1483 à 1498
Louis XII
"le Père du Peuple"
Roi de France de
1498 à 1515
Louis XII
"le Père du Peuple"
Roi de France de
1498 à 1515
Armoiries
de Jacques Cœur - Argenterier
du royaume de France
de Charles VII
Blason de Jacques Cœur
dans une verrière
du Palais Jacques Cœur
à Bourges
Blason de l'Abbaye
du Mont Saint-Michel
après le pélerinage
de Louis XI en 1462
Il y a les coquilles Saint-Jacques et les coquilles Saint-Michel, car il y a eu des pèlerinages à l’abbaye du mont Saint-Michel pendant douze siècles, comme à Saint-Jacques de Compostelle.
Certains nomment coquille Saint-Jacques celles qui sont de grande dimension, et coquille Saint-Michel celles qui sont de petite dimension et coquille, tout simplement, quand elles sont moyennes. Mais les anciens disent que la coquille Saint-Jacques a des oreilles et la coquille Saint-Michel n’en a pas ; ils disaient parfois d’ailleurs : « coquille oreillée ».
Cependant outre le pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle, ou un signe des défenseurs du mont Saint-Michel, on peut ajouter également que ces coquilles ont aussi pu être choisies pour signifier un prénom. Exemple Jacques Cœur, le Grand Argentier arborait trois "coquilles" et trois "cœurs".




(1) retour L'ordre de Saint-Michel est un ordre de chevalerie, fondé en réplique à la fondation de l'ordre bourguignon de la Toison d'Or, à Amboise le 1er août 1469 par Louis XI, sous le nom d'« Ordre et aimable compagnie de monsieur Saint-Michel ».
Les membres de l'ordre de Saint-Michel se disaient chevaliers de l'ordre du Roi, alors que les chevaliers de l'ordre du Saint-Esprit s'intitulaient « chevaliers des ordres du Roi ».
Le roi de France le dirigeait et les chevaliers, au nombre de trente-six, devaient lui prêter serment.
Son siège était établi dans la grande salle de l'abbaye du Mont Saint-Michel où se trouvaient peintes les armes de tous les anciens chevaliers. Il fut par la suite transféré par Louis XIV aux Cordeliers de Paris (14 juillet 1661).
À partir de 1560, dans le contexte troublé des guerres de Religion la limite de 36 membres est abandonnée et l'Ordre intègre de nombreux courtisans parfois non-combattants et perd ainsi de son prestige. L'Ordre fut alors, dit-on, bien déchu de la considération dont il jouissait jusqu'au milieu du XVIème siècle, par des nominations trop faciles de Catherine de Médicis.
À la fondation de l'ordre du Saint-Esprit en 1578 par Henri III, les statuts prescrivirent que ses cent chevaliers devaient préalablement être membres de Saint-Michel, qui passe alors au second rang. À partir du règlement de Louis XIV du 14 juillet 1661 et des nouveaux statuts du 12 janvier 1665, l'Ordre est décerné plus particulièrement à des écrivains, artistes et magistrats. Le collier n'est plus que rarement porté ; on lui substitue un ruban noir qui vaut à l'Ordre son surnom de « cordon noir ». Le médaillon est remplacé par une croix en or émaillé.
Louis XI et Louis XII
Armoiries Royales
1461 à 1483 et 1498 à 1515
Charles VIII
Armoiries Royales
1483 à 1498
François 1er
Armoiries Royales
1515 à 1547
Henri II
Armoiries Royales
1547 à 1559
François II et Charles IX
Armoiries Royales
1569 à 1574
Henri III
Armoiries Royales
1574 à 1589
Henri IV à Louis XVI
Armoiries Royales
1589 à 1792
Les coquilles seront présentes sur les armoiries royales jusqu'à Louis XVI. On remarque en bas des 2 dernières armoiries, et ce, pour la première fois, la croix de l’Ordre du Saint-Esprit, Ordre de Chevalerie le plus prestigieux de la monarchie française créé le 31 décembre 1578, par Henri III.
L’Ordre du Saint-Esprit fut, pendant les deux siècles et demi de son existence, l’ordre de chevalerie le plus prestigieux de la monarchie française. Ce n’est cependant pas le plus ancien, puisque l’ordre de Saint-Michel a été fondé 110 ans auparavant.
C'est le 31 décembre 1578, en pleines guerres de religion, qu’Henri III fonda l’« Ordre et Milice du Benoît Saint-Esprit ».
Il choisit le nom de Saint-Esprit, en référence à sa propre naissance, à son couronnement sur le trône de Pologne et plus tard sur celui de France, les trois événements étant survenus le jour de la Pentecôte.
Tous les Chevaliers du Saint-Esprit étaient faits Chevalier de l'ordre de Saint-Michel avant leur réception et portaient de ce fait le titre de « Chevaliers des ordres du roi ».
Un impôt spécifique appelé marc d'or fut instauré pour subvenir aux besoins de l’Ordre dont le siège se trouvait au couvent des Grands-Augustins à Paris.
Sa devise était « Duce et Auspice », qu'on peut traduire en « Sous (sa) direction et (sa) protection » (du Saint-Esprit).
Supprimé en 1791 pendant la Révolution française, l’Ordre du Saint-Esprit fut ensuite rétabli en 1814. Louis XVIII le conférera notamment à Alexandre Ier de Russie, à Francois Ier d'Autriche, à Frédéric-Guillaume III de Prusse et au duc de Wellington. Charles X restaura les cérémonies de l'ordre. L’ordre est définitivement aboli par Louis-Philippe Ier en 1830.
Collier de l'Ordre de Saint-Michel
Médaille de l'Ordre de Saint-Michel
Médaille de l'Ordre du Saint-Esprit