Le Conseil départemental : les élections

Les élections départementales françaises de 2015 auront lieu les 22 et 29 mars 2015 afin de renouveler l'intégralité des conseils départementaux.
À compter de ce scrutin, les « élections départementales » et les « Conseils départementaux » remplacent les « élections cantonales » et les « Conseils généraux », en vertu de la loi du 17 mai 2013.
Le mode de scrutin est également modifié, passant à un renouvellement intégral des conseils au scrutin binominal majoritaire pour un mandat de 6 ans (au lieu d'un renouvellement par moitié au scrutin uninominal tous les 3 ans).
Pour permettre l'organisation du scrutin binominal, un redécoupage des cantons a été effectué entre le 13 et le 26 février 2014.
L'élection des conseillers départementaux a lieu au scrutin binominal majoritaire à deux tours. Dans chaque nouveau canton, les candidatures prennent la forme d'un binôme composé d'une femme et d'un homme (auxquels s'ajoutent deux suppléants, une femme et un homme également).
À noter qu'il n'y a pas d'élections à Paris car le territoire recouvre la ville et le département.
Mode de scrutin :
Pour chaque canton, un binôme (femme-homme) est élu au scrutin majoritaire à 2 tours.
Pour être élu au premier tour, le binôme doit obtenir :
  • au moins la majorité absolue des suffrages exprimés (plus de 50%),
  • et un nombre de suffrages égal à au moins 25 % des électeurs inscrits.
  • Si aucun binôme n'est élu dès le premier tour, il est procédé à un second tour.
    Au second tour, les 2 binômes arrivés en tête peuvent se maintenir. Les autres peuvent se maintenir seulement s'ils ont obtenu un nombre de suffrages au moins égal à 12,5 % des électeurs inscrits. Le binôme qui obtient le plus grand nombre de suffrages au second tour est élu.

    Le Conseil départemental : les compétences

    À quoi sert le Conseil départemental ? De quel budget dispose-t-il ? A quoi l’emploie-t-il ?
    Autant de questions qui méritent d’être clarifiées ! Plusieurs changements sont à noter en Essonne.
  • D’un part, le territoire de l’Essonne ne se divise plus en 42 cantons, mais en 21 cantons.
  • D’autre part, il y a deux conseillers départementaux par canton, un homme et une femme, afin de respecter la règle de la parité.
  • Enfin, on ne parlera plus à l’avenir de Conseil général, mais bel et bien de Conseil départemental, où siègeront donc 42 élus pour une période de six ans.


  • Le Conseil départemental de l' Essonne et ses 42 élus ont à leur charge ce que l’on appelle des « compétences obligatoires » et des « compétences facultatives » laissées à leur propre initiative.
    Les compétences obligatoires :
  • L’action sociale (protection de l’enfance, aide aux personnes handicapées et âgées, insertion sociale des personnes en difficulté par le biais du RSA, etc.),
  • La gestion des collèges,
  • La gestion des routes départementales,
  • La gestion des transports scolaires,
  • Le développement local (aide aux associations et aux communes),
  • Le développement de la culture et du tourisme,
  • Le financement des Services Départementaux d’Incendie et de Secours.

  • Les compétences facultatives :
  • Le développement économique,
  • L’aménagement du territoire,
  • L’environnement,
  • Le soutien à l’agriculture,
  • Les transports,
  • L’enseignement supérieur.

  • Le budget :
    Pour exercer ses compétences sur le territoire, le Conseil départemental de l'Essonne dispose de moyens importants.
    Le montant du budget de cette année 2015 s’élève par exemple à 1,7 milliard d’euros.
    Mais d’où vient cet argent ? Il provient :
  • à 51% des impôts indirects (ex : TVA),
  • à 22% des impôts directs (ex : impôts sur le revenu),
  • à 20% des dotations et compensations fiscales de l’État,
  • à 4% d’autres recettes
  • et enfin à 3% de subventions et participations de l’État.